INTERVENTION DE JPG17 PENDANT LES JOURNEES NATIONALES DU DISCUS

 

 

LES MALADIES

 

Quelques problèmes relatifs à nos chers discus

 

Vous parler des maladies du discus. Vaste sujet s’il en est.

Devant votre noble assemblée, je ne me sens pas plus expert que vous et c’est en toute modestie que je vais essayer de partager avec vous quelques remèdes qui sont généralement efficaces, tout en sachant que vous en avez de tout aussi performants. Bien qu’ayant reçu une formation scientifique, je ne suis pas vétérinaire, mais juste un amateur de discus qui s’est intéressé au sujet avec les déboires du débutant il y a une quinzaine d’années, et qui a continué par curiosité intellectuelle et parfois encore par nécessité.

 

J’ai donc choisi de n’aborder qu’un seul des aspects des maux dont peuvent souffrir nos protégés et qui, me semble-t-il est l’un des plus complexe, des plus agressif et des plus sournois: on les désigne d’un terme général : LES VERS.

 

Agressifs et sournois, parce que vous ne les voyez pas, et au début de ce que l’on peut appeler “la colonisation” de votre poisson, vous ne vous rendez compte de rien. Parfois il s’assombrit, parfois il est nerveux, il se peut qu’il effectue des mouvements saccadés, ou qu’il se frotte au décor, toutes ces brèves attitudes dont on ne peut se rendre compte qu’avec un peu de temps pour l’observation.

Un jour, le poisson ne mange plus, commence à s’isoler et à maigrir lentement: que faire ?

Un autre se couvre de plaques blanchâtres et s’assombrit fortement : que faire ?

Un autre encore présente des difficultés respiratoires évidentes : que faire ?

 

Comme vous le savez, la grande difficulté chez les animaux, et peut-être encore plus chez les poissons, c’est le diagnostic. En cas d’erreur de diagnostic, on ne soigne pas l’animal, mais on peut aussi causer des dégâts irréversibles.

 

Les Vers sont des parasites pluricellulaires que l’on regroupe sous le nom de Métazoaires.

 

I / LES VERS EXTERNES.

Ce sont des vers monogéniques ovipares ou vivipares.

 

a / Les Gyrodactylus ou vers de la peau qui sont vivipares ce qui induit une reproduction extrêmement rapide en 24 heures. Le poisson présente un excès de mucus, et effectue des mouvements brutaux, se frotte fréquemment sur des objets dans l’aquarium. Ensuite, Des plaques blanches apparaissent sur le corps et les nageoires restent collées.

L’apparition d’infections bactériennes surajoutées est toujours à craindre chez un poisson affaibli. Notons que ce parasite peut même atteindre les branchies.

Traitements possibles:

1 / Le gros sel. Doser à 5g / litre. 3 à 5 jours puis dessalage très progressif pendant 1 semaine.

2 / Le formol. 3ml / 100 L. 3 jours. (attention au dosage et au parafolmaldéhyde mortel).

3/ Praziquantel . 1 comp de 50 mg / 100 L. 3 jours. (Biltricide)

4/ Trémazol (SERA)

 

b / Les Dactylogyrusus ou vers branchiaux, appelés aussi “douves des branchies”

Ils sont ovipares et la rapidité des éclosions est fonction de la température. Plus l’eau est chaude plus l’éclosion et le développement sont rapides. Les larves meurent dans les 8 à10 heures si elles ne trouvent pas de poisson hôte pour les recevoir. Si elles trouvent le poisson, il faut 7 jours pour atteindre le stade adulte. Les vers peuvent s’enkyster ce qui rend le traitement inefficace ( métacercaries, trématodes). C’est le cas de difficultés respiratoires et de frottements des ouies sur des objets voire des coups de tête latéraux.

Traitements proposés:

1/ Lévamisole (Polyvermyl: 4 comprimés / 100 L 3 jours)

2/ Praziquantel (Droncit)

3/ Formol ( Attention au Paraformaldéhyde)

4/ Trémazol (SERA)

Traiter encore les infections bactériennes surajoutées.

 

 

2/ LES VERS INTERNES

 

Dans ce cas, l’alimentation est en cause et en premier lieu, les prélèvements d’aliments vivants dans les mares ou autres stations de lagunage.

 

a/ Les Nématodes ou vers ronds.

 

  • Capillaria: Vivent dans les intestins mais peuvent contaminer d’autres parties. Ces vers sont ovipares et les déjections de poissons infectés contiennent des oeufs qui peuvent être absorbés par des congénères du bac.
  • Camallanus: ( Cotti ou molly) C’est un ver vivipare qui est un parasite de la partie terminale de l’intestin. Il doit son nom au fait qu’il s’accroche dans la muqueuse et en raison de la longueur de son corps sort par l’anus. Ne pas essayer de l’extraire, vous provoqueriez des dégâts irréversibles de la muqueuse intestinale.

 

Traitements proposés:

 

  • 1/ Bonne hygiène du bac. Les bacs nus et siphonnés tous les jours sont à ce titre, moins porteurs de risques puisque ce ver se trouve dans les déjections.
  • 2/ Levamisole ( 200 g / 100L )
  • 3/ Fenbendazole (Panacur: 200mg /100L)
  • 4 /Pipérazine, Lévamisole et ail dans la nourriture
  • 5/ Nématol (SERA)

 

b/ Les cestodes ou vers plats:

 

Ils vivent dans l’intestin et dans la cavité abdominale. Quand leur nombre augmente, le poisson cesse de s’alimenter, s’isole et maigrit .

 

Traitements proposés:

Tant que le poisson mange, il est facile de mélanger le traitement à de la nourriture telle que la pâtée à Discus. On mélangera 1 comprimé de Praziquantel à 100g de nourriture et on nourrira avec ce mélange1 à 2 fois par jour pendant 5 jours. (Trémasol –SERA)

Quand le poisson ne mange plus et se trouve amaigri, il est plus difficile de le soigner.

Placer le poisson dans un seau contenant 3 litres d’eau tirée de son bac bien entendu. Placer un aérateur dans le récipient, ajouter 1 comprimé de 50mg de Praziquantel. Prolonger le bain 3 heures .

Verser ensuite le”bébé avec l’eau du bain” dans un aquarium hôpital de 50 litres et rajouter un comprimé de 50mg de Praziquantel.

Laisser le poisson 7 jours sans le nourrir. Essayer ensuite de lui donner un peu de nourriture. S’il s’y intéresse un peu (même s’il ne l’avale pas) le remettre avec ses congénères dont l’appétence le stimulera par effet de groupe.

 

Voici donc quelques aspects des traitements que je pratique régulièrement. Je souhaiterais maintenant vous entendre sur les vôtres, car l’objet de cette rencontre n’est-il pas de partager ?

 

Je vous remercie de votre attention.